Changement, repaire perdu et panique !

Publié le par DEBOOSERE Isabelle

prims.fr

prims.fr

Aujourd’hui, comme tous les mardis, je pars faire des courses dans mon centre commercial habituel. Ils ont fait des travaux depuis plusieurs mois afin d’agrandir le magasin. Je n’ai pas aimé ça. Ils ont bouleversé tous mes repaires ! Vous allez me dire les changements c’est bien et ça permet d’évoluer, de progresser vers autre chose. Mais pour la vielle dame que je suis de quatre-vingt-huit ans, le moindre changement et source d’angoisse. Et, malheureusement pour moi, c’est ce qui se passa en se terrible six octobre 2015.

Je pars faire les courses à mon habitude. Mais au moment où je rentre dans le magasin, je sens que quelque chose à changer. La partie du magasin qui était en travaux est à présent ouverts. Le centre commercial est maintenant plus grand, beaucoup trop grand. Ma première réaction fut la panique. Comment vais-je trouver ce dont j’ai besoin dans se foutoire. Plus rien est à sa place. Tous à changer. Je n’ai absolument plus de repaire. J’ai le souffle court. Je suis en colère et j’ai peur. Toute ma journée est foutue. Je ne serais pas dans mes horaires aujourd’hui. Je n’ai pas le choix dans cette jungle d’article déplacé. Il faut que je fasse les ranger une par une afin de pouvoir compléter ma liste. Vu ma rapidité, j’en ai pour la journée. Mais il faut que je le fasse. Aller, courage. Il y a trop de choix dans tous ses raillons, je ne sais pas quoi choisir. Je suis perdu. Il y a des stands, comme sur les marchés, de poissons, de boulangerie pâtisserie, de boucherie et même de traiteur. J’ai enfin après de longues heures trouvées tous ce que j’avais écrits sur ma liste. Mais les caisses aussi étaient différentes. Ils étaient neuf. Ce n’est pas plus mal. Il y a les caisses automatique (je ne les utilise pas, je ne sais pas comment ils marchent), les caisses avec la carte du magasin (je n’ai pas la carte), les caisses prioritaire (n’importe qui y vont), les caisses moins de quinze article (c’est jamais mon cas), et les caisses normal (là où je vais). J’ai payé, je vais enfin pouvoir rentrer chez moi. Je suis épuisé par cette aventure au cœur du magasin (ne vous moquez pas !). J’ai besoin de repos et de me préparer pour la prochaine fois. Me préparer psychologiquement à ce changement déstabilisant mon quotidien ! Aurais-je mémorisé à peu près les raillons ? Je ne sais pas on verra la prochaine fois.

Tous ses entrepreneurs qui agrandissent les magasins ne s’imaginent sans doute pas du trouble, de la déstabilisation qui provoque à chaque personne âgée qui fréquente leur établissement. Pour les jeunes les films d’horreurs c’est dans le sang et ils adorent ça. Quand ils seront plus âgés, ils l’auront en direct par le changement de leur magasin.

Publié dans Histoire courte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article