Petites pensées à médité 9

Publié le par DEBOOSERE Isabelle

images-droles.com

images-droles.com

Ecrit et imaginé par Bruno DEBOOSERE

C'est à coup de dents en plus ou en moins que le cycliste modifie son développement pour la photo finish.

Si je préfère écrire des choses légères, c'est que le dramatique me pèse sue l'estomac.

Je pleins les gens qui ne sont reconnus que par leur beauté, car elle est trop souvent éphémère.

Si la beauté est éphémère, la mort c'est l'effet terre.

Evite de commettre des impairs avec les pairs.

Le pire quand on raconte une histoire c'est d'avoir un trou de mémoire, cela en modifie la chute.

Les personnes intéressantes ne sont pas souvent celles qui parlent le plus.

Ne rien dire en dit parfois plus long qu'un discours interminable.

C'est quand j'entends le train que je pense aux voyages.

Je préfère croire que les hommes sont bons, plutôt que de constater la réalité des mentalités.

La méchanceté débute lorsque l'on suspecte autrui de médire de soi.

La vengeance est le début d'une partie de ping-pong où l'on finit par ne plus savoir qui a commencé les hostilités.

Constater la bêtise humaine est une preuve d'analyse. L'ignorer est le début de la sagesse.

Lorsque je pense, je suis. Lorsque je dépense, je m'appauvris. Lorsque je pense que je dépense, je me ruine.

A l'avenir, j'aimerais être présent !

Le présent, cet interface fragile, sans cesse changeant, où l'on ressasse le passé afin de prévoir le futur.

à suivre ...

Publié dans Petites pensées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article