Le royaume du livre sans nom (FIN)

Publié le par DEBOOSERE Isabelle

amoursucre.com

amoursucre.com

Chapitre 11 : Retour mouvementé

 

         Alors que Laura, Sophie et l’inspecteur GRANTIER venaient de quitter leurs amis du livre, ils apparurent, dans un halo des plus lumineux, dans le bureau de l’inspecteur, là où se trouvé le livre au moment où la dernière personne fut aspiré. Le premier réflexe qu’eu le groupe fut d’ouvrir le livre, qui possédé désormais un nom, afin de savoir ce qu’avait fait Hector et Bill après leur départ. Ils se mirent donc à lire la fin du livre sans se préoccuper du lieu où ils étaient désormais. Voilà ce que racontait la fin du livre.

         Hector et Bill mirent plusieurs jours pour rentrer chez eux accompagné d’Arya et son groupe, à cause des blessures de Bill qui le faisait fortement souffrir et qu’Arya et son groupe essayé tant bien que mal de soulager. Une fois arrivé chez eux, Hector expliqua tout à Célestiel en montrant le corps de Jack à celle-ci. Toute la vallée fut vite au courant de l’histoire et ils organisaient pour Jack un enterrement digne d’un héros. Ils érigèrent, pour lui, une statue représentant le courage et le merveilleux ami qu’il était. Cette statue fut érigée dans la prairie, la PALETTE DU PEINTRE juste à côté de la tablette de marbre noir ou est toujours aujourd’hui inscrit la légende. Une autre tablette de marbre blanc à l’écriture multicolore fût érigée ou l’on pouvait lire le courage de Jack. Mais sur cette tablette fut aussi inscrit un hommage au être mystique venu d’un autre monde afin d’aider nos héros à accomplir leur mission. Eh oui, le mot humain n’était jamais prononçait dans les pages de ce livre. Laura, Sophie et l’inspecteur GRANTIER apparaissaient plutôt comme des sortes de fées, ou du moins des êtres magique. Leur nom était aussi totalement différent de la réalité. La seule chose qui était inscrit dans les dernières lignes du livre était que la vallée se souviendrait à jamais de ses êtres repartie chez eu ainsi que du courage de Jack.

         Après la lecture des dernières lignes du livre, les larmes perlait au coin des yeux de chaque personne. Aucun d’entre eux n’était épargné par l’émotion.

 

Laura : - Ils vont tous beaucoup me manquer !

Sophie : - Oui, c’est sûr ! Il faudra conserver les souvenir qu’ils nous ont laissés comme le plus précieux des souvenir !

Inspecteur GRANTIER : - Je propose que l’on essaie de faire publier cette histoire afin que le monde ait connaissance de cette aventure et de nos amis.

Laura : - Oui ! C’est une excellente idée ! Maintenant que ce livre porte le nom de « Voyage au royaume FAUNAMILIA », il ne faudrait pas qui tombe dans l’oubli.

Inspecteur GRANTIER : - Nous sommes bien d’accord ! Bon, il faut que je vous ramène auprès de vos parents maintenant ! Je ne sais pas combien de temps il s’est passé ici !

Laura : - Oui allons-y ! Sophie, ça va ? Tu es toute pâle tout d’un coup !

Inspecteur GRANTIER : - C’est vrai que tu es blanche comme un linge !

Sophie : - Je … je ne me sens vraiment pas bien tout d’un coup !

 

         Sur ses mots, Sophie perdit complètement connaissance. Laura et l’inspecteur se demandaient bien ce qui se passé. Quand soudain, Laura se souvint d’un seul coup ce que lui avait dit Célestiel.

 

Laura : - Il faut vite emmener Sophie à l’hôpital ! Dans le monde du livre, ça maladie n’était plus, mais ce n’est plus le cas maintenant que l’on est revenu dans notre monde.

Inspecteur GRANTIER prenant Sophie dans ses bras et se dirigeant vers la voiture : - Je voie, ça leucémie a donc repris de plus belle ! Il y a urgence vital ! Suis-moi vite ! On fonce à la voiture ! Je vous emmène à l’hôpital !

Laura : - On n’appelle pas une ambulance ?

Inspecteur GRANTIER : - Il ne vaut mieux pas pour deux raison. La première est que jusqu’à preuve du contraire vous êtes toujours disparut. Cela serait donc très étrange que l’on vous retrouve chez moi !

Laura : - C’est vrai ! Je n’avais pas pensé à ça ! Que va-t-on faire ?

Inspecteur GRANTIER : - Ne t’inquiète pas ! J’improviserais ! Deuxièmement, ce sera plus vite avec ma voiture ! On ne perdra pas de temps à attendre l’ambulance !

Laura : - D’accord !

Inspecteur GRANTIER : - Va derrière avec ta sœur ! Tu la surveilles et tu me dis si son état s’aggrave ! On s’accroche, on est parti !

 

         L’inspecteur démarra en trombe sa voiture. Il ne respectait pas du tout les limitations de vitesse. Il fallait faire vite afin de sauver Sophie. Il prit un virage serré un peu trop vite qui eut pour effet d’exploser contre la portière le portable de l’inspecteur qui était installé sur le tableau de bord. Dans l’état ou il était, il était évident que le portable ne fonctionnerait plus jamais. L’inspecteur arriva aux urgences en catastrophe avec Sophie toujours inconsciente et Laura à ses côté. L’inspecteur expliqua rapidement la situation aux médecins et infirmière présent. Ceux-ci me prévinrent immédiatement de la situation. J’étais plutôt contente de voir que l’inspecteur avait retrouvé les deux sœurs. Je pris en charge immédiatement Sophie qui était dans un état plus que préoccupant. Pendant que je m’occupé de Sophie, l’inspecteur prit le téléphone de l’hôpital afin de prévenir les parent de Laura et Sophie. Il appela également le commissariat afin de les prévenir qu’il avait retrouvé les deux disparut. Une aide-soignante guida l’inspecteur et Laura dans une salle d’attente afin d’attendre des nouvelles de Sophie, les parents de Laura et Sophie et des collègues de l’inspecteur qui auraient sans doutes beaucoup de question à leur poser.

         Les parents de Laura et Sophie, monsieur et madame DORMANIE, arrivèrent les premiers. Ils furent suivit de près par les collègues de l’inspecteur.

 

Madame DORMANIE prenant Laura dans ses bras : - Oh Laura, ma petite Laura ! Tu vas bien ? Tu n’as rien ?

Laura : - Ça va maman. Mais je suis inquiète pour Sophie ! Elle ne va pas bien du tout !

Monsieur DORMANIE : - Ou étiez-vous pendant ses trois jour ?

Madame DORMANIE : - Mon chérie, je pense que Laura a besoin de penser à autre chose qu’a ce qui s’est passé !

Monsieur DORMANIE : - Pardon ! C’est que je n’aime pas ne pas savoir.

Lieutenant de police : - Inspecteur, ou étiez-vous ? Ça fait trois jours que vous aviez disparu ! Ou les avez-vous trouvées ?

Monsieur DORMANIE : - Oui, comment avez-vous trouvé mes enfants ?

Inspecteur GRANTIER : - C’est une longue histoire ! J’étais sur une piste prometteuse que j’ai suivie. Je suis tombé sur un suspect très louche que j’ai suivi. Mais, par malheur, j’ai cassé mon portable. Je n’ai donc pas pu vous prévenir. De plus cette piste ne ma mener à rien alors que je la suivais depuis trois jours. Alors que je rentré chez moi par des petits chemins de campagne, je les ai vu apparaitre devant moi essoufflé. Elles semblaient fuir quelqu’un. Je les ai mises en sécurité dans ma voiture. Je me suis mis à la poursuite de cet individu qui fuyait maintenant qu’il m’avait vu. Malheureusement, il s’est réfugié dans une forêt qui semblé connaitre comme sa poche. J’ai perdu sa trace. Je ne pourrais même pas faire un portait car un masque dissimulé son visage.

Lieutenant de police : - Inspecteur, vous êtes trop imprudent ! Il aurait pu vous arriver de gros problème !

Inspecteur GRANTIER rassuré que son mensonge prenne : - Je suis surtout un imbécile qui avait son arme de service sur lui et qui n’a même pas pensé à lui tirer dans les jambes pour l’immobiliser. Monsieur et Madame DORMANIE, je pourrais parfaitement comprendre votre colère par rapport à mon incompétence ! Je vous prie de bien vouloir accepter mes plus amples excuses.

Madame DORMANIE : - Vous n’avez pas à vous excuser ! Vous nous avez ramené nos bébés !

Monsieur DORMANIE : - Même si c’est sûr que c’est frustrant que vous ayez perdu le suspect ! Mais je suis certain que vous le trouverait vite !

Inspecteur GRANTIER grimaçant : - J’aimerais avoir autant confiance que vous ! Je ferais tout pour l’avoir. Merci de votre confiance !

 

 

Séverine CARETIER : - Pendant ce temps, Sophie était au plus mal. On peut même dire qu’elle était entre la vie et la mort !

Luca : - Oh non maman ! Ne me dit pas qu’elle est morte elle aussi !

Julie : - Si c’est le cas, ton histoire est trop triste !

Séverine CARETIER : - Non ! Sophie a survécu ! De justesse, certes, mais elle est bien vivante !

Luca : - Ouf, je suis rassuré !

Julie : - Et, comment va-t-elle maintenant ?

Séverine CARETIER : - Elle va très bien aujourd’hui. Une greffe de moelle osseuse d’un donneur anonyme lui a sauvé la vie et la guéris de sa maladie !

Luca : - Et le livre ?

Séverine CARETIER : - Il a été publié et il a eu un immense succès à travers le monde. Bon j’exagère peut être un peu. Mais c’est un livre quand même assez connu ! Quant à l’original, aujourd’hui, c’est l’inspecteur qui en est le propriétaire.  

Julie : - Mais on ne l’a pas nous ?

Séverine CARETIER : - Bien sûr que si ! Seulement vous ne mettez jamais les pieds dans la bibliothèque alors forcément.

Philippe CARETIER : - Eh l’inspecteur, son histoire à lui ? Il s’en est bien tiré ?

Séverine CARETIER : - Oh que oui ! Cette affaire ayant fait la une des journaux, un fou s’accusa de l’enlèvement de Laura et Sophie sachant qu’il en avait enlevé d’autre, réellement cette fois ci, dans des lieux diverse.

Philippe CARETIER : - L’inspecteur n’a rien dit ?

Séverine CARETIER : - Bien sûr que si, il a toujours émis de gros doute sur sa culpabilité sachant la vérité. Mais la cour de justice en a décidé autrement et l’a désigné coupable. Mais il n’est jamais aller en prison. Cet homme étant quelqu’un de très instable psychologiquement, il a était enfermé dans un hôpital psychiatrique. Mais pourquoi ses questions, tu connais déjà l’histoire toi !

Philippe CARETIER : - Je sais, mais je me suis toujours posé la question à ce niveau-là !

Séverine CARETIER : - Je voie ! Ce n’est pas vrai ! Il est déjà si tard ! Il faut que je fasse à manger. Luca, Julie, vous n’avez qu’à aller à la bibliothèque pour lire le livre en attendant que je fasse à manger.

Luca et Julie : - D’accord !

 

         Alors que je commençais la préparation du repas, le téléphone se mit à sonner. Philippe alla le décrocher. Il arriva dans la cuisine le sourire aux lèvres et me passa le téléphone.

 

Philippe CARETIER : - C’est ta sœur, Sophie qui appelle !

Séverine CARETIER : - Quoi ? Tu sais bien que ma sœur ne s’appelle pas Sophie mais Louise !

Philippe CARETIER : - Mais oui bien sûr ma petite Laura !

Séverine CARETIER : - Tu sais que je n’aime pas quand tu fais ça !

Philippe CARETIER : - Si Luca et Julie savait que leur maman a vécu une tel aventure ils auraient des étoiles plein les yeux !

Séverine CARETIER : - Ou ils m’auraient pris pour une folle ! Je te rappel que tu es le premier et un des rares à avoir cru mon histoire !

Philippe CARETIER : - Je sais ! Répond ou ta sœur va s’impatienter ! C’est moi qui vais faire la cuisine ce soir !

Séverine CARETIER : - Merci, tu es un ange.

Philippe CARETIER : - Oui, je sais ! C’est pour ça que tu m’as épousé !

 

         Je pris donc le téléphone. Louise m’invitait à manger chez elle avec sa famille ce week-end. Elle m’informé aussi de la suite du tour du monde littéraire qu’effectuer l’inspecteur qui était venu avec nous. Il faisait tout pour faire connaitre les livres oublié, égaré. D’une certaine manière il essayait de revivre l’aventure qu’il avait vécue avec nous. Eh oui, c’est bien moi et ma sœur qui avons vécu toute ses aventures. A chaque fois que je désire revoir mes amis, je relis se livre me remémorant les moments passé avec eux. Mes enfants n’ont pas à savoir qu’elles sont les vrais acteurs de cette histoire. Je ne tiens pas à ce qu’ils me prennent pour une folle. La seul chose j’espère c’est les avoir fait rêvé avec mon histoire. Ça semble être le cas. Ils sont en train de littéralement dévorer le livre. Voilà quelque chose qui fait plaisir à voir. Nous avons vécu ma sœur et moi une aventure extraordinaire. C’est quelque chose qu’on ne peut oublier. Mais tout le monde n’a pas la chance de tomber sur un livre enchanté. Pourtant, à chaque fois que l’on ouvre un livre, c’est une nouvelle aventure qui commence, un nouveau voyage. Beaucoup de mystère existe dans ce monde. Vous serez peut être les prochain à en être témoin. Oui, peut être êtes-vous les prochains qui tomberais sur un livre magique. Allez savoir. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article