Réflexion qui passe mal !

Publié le par DEBOOSERE Isabelle

criminocorpus.hypotheses.org

criminocorpus.hypotheses.org

Je m’appelle Andrew. Et je suis un tueur en série. Je n’ai jamais été pris par la police. Je n’ai jamais laissé d’indice permettant de me prendre. Je tue et dissimule les corps. Tout le monde pence que ses personnes son disparut, alors qu’elles sont mortes en état de poussière. Ne croyez pas que je les tue par plaisir. Ce n’est pas le cas. Je vais vous expliquer le pourquoi de ses meurtres.

            Lorsque j’étais petit, j’ai eu un terrible accident de voiture avec mes parents. On a tous survécu. Mais une horrible cicatrice et resté sur mon nez. Pendant des années, mes camarades de classe se sont moqué de moi. Lors de mon adolescence, je me fis opéré le nez. C’était mieux qu’avant certes, mais une cicatrice que je ne supportais pas rester présente. J’étais et je suis encore très complexé par rapport à mon nez. C’est bien simple, à chaque fois qu’une personne fait une réflexion sur mon nez, même pour rigoler, je le tue. Je crois, si je me souviens bien, que j’avais quinze ans lors de mon premier meurtre. J’ai bien dû tuer une trentaine de personne qui se moqué de mon nez, du moins en avais-je l’impression ! Les moqueries à ce niveau-là me rende fou ! A tel point que je ne supporte pas Cyrano De Bergerac. D’ailleurs, même si ce n’est pas sur mon nez que l’on fait des réflexions, je tue quand même. Je suis très prudent et je ne me suis jamais fait prendre. Je ne vous dirai jamais comment je m’y suis pris. Cela doit rester mon secret ! Vous comprenez j’en suis sûr !

            Aujourd’hui, ça va faire dix ans que je n’ai plus tué. Aujourd’hui, ça va faire dix ans que je l’ai rencontré elle. Elle m’a fait aimer mon nez. Je suis fou amoureux d’elle. Je serais prêt à tout pour elle. Bien sûr elle ne sait rien sur mon passé de tueur en série. J’étais un homme fou, elle m’a rendu saint d’esprit. Elle ne doit jamais connaitre mon passé. Elle me haïrait sinon. Elle est tout pour moi ! Vous n’auriez jamais dû fouiner dans mon passé. La curiosité est un très vilain défaut ! Vous vous êtes mis dans une position plus que délicate ! Je ne veux pas la perdre ! Elle est tout pour moi ! Vous comprenez donc pourquoi je suis obligé aujourd’hui de mettre fin à votre vie ici. Vous auriez pu vivre tellement plus de temps si vous étiez resté à votre place. Voyez ce que vous m’obligez à faire pour garder l’équilibre de mon couple ! Je suis désolé chère voisin. C’est ainsi. Et j’en ferais de même pour toute personne au courant de cette histoire. Alors j’espère que personne n’aura entendu notre petite conversation. Sinon, il connaitra la même fin que vous ! Il est temps de tirer le rideau sur cette histoire ! Adieu !

Publié dans Histoire courte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article