Après-midi paresseux

Publié le par DEBOOSERE Isabelle

SudOuest.fr

SudOuest.fr

Information : Bonjour à tous ! J'espère que le poème qui va suivre vous plaira. Pour être honnête avec vous, une partie de ce poème et la traduction d'une chanson tandis que l'autre et bien de ma création. J'espère que cela ne vous dérangera pas. Je vais vous mettre la chanson en question. Si cela vous amuse, vous pouvez essayer de voir quelles sont les phrases traduites et lesquelles viennent de moi. Il se peut que j'ai modifié certaines phrases traduites. Je vous souhaite une bonne journée, ou soirée suivant l'heure ou vous lirez ce poème.

Bonne lecture et à bientôt !

Isabelle

"Lazy Afternoons" (Kingdom Hearts) Original Lyrics by Lizz Robinett ft. Dysergy

Avec un soupir de mon rebord de la fenêtre

Je regarde les heures disparaître.

L'été s'estompe peu à peu,

Sous un silence brumeux,

Sous un ciel cramoisi,

Mon corps à moitié endormie,

Je pourrais jurer que j'ai entendu vos voix appeler.

Devrais-je les suivre vers une autre destinée ?

 

Encore une fois, je me retrouve là où tout a commencé.

Oui, je me retrouve là où l’on s’est rencontré.

Comme les jours passent, je suis laissé derrière par des visions que j'ai tenues.

Je ne sais pas pourquoi celles-ci sont revenues.

Clairement, cependant, arrive ma fin de vacances.

Je le sais avec transparence.

 

D'en haut, où le temps passe

Tout va bien.

D’en bas, où le temps cesse

Se brisent les liens.

Avec un rire et une poussée ludique,

Et d’un souvenir idyllique,

Et une conversation sans fin,

Se créent d’indestructibles liens.

 

Tout le long, nous nous trouvons là où tout a mal tourné.

Là, où tout a commencé ou bien s’est terminé.

Nous sommes face à face, quand chaque jour, nous le passons ensemble à fondre.

Une glace à la main à se cacher du soleil dans la pénombre.

Un après-midi paresseux, nous nous sommes assis ensemble en regardant le ciel.

Eclairez et réchauffez par les rayons du soleil.

Dites au revoir sans regret

Au souvenir du passé.

 

Savent-ils que j'existe encore profondément dans un rêve ?

Que mon souvenir s’écoule encore telle la sève.

Même s'ils ne peuvent pas se rappeler

Que j’ai vraiment existé.

J’aurais toujours le goût de cette glace

Que l’on mangé sur cette place.

 

Juste nous trois, c'est vraiment comme ça que je m’en souviens toujours

De notre amitié et de notre parcours.

Mais les choses ne sont jamais comme elles semblent.

La réalité de la vie rattrape souvent cet ensemble.

Sans aucun doute, je prie que nous puissions tous nous revoir dans une fin idéale.

Même si pour beaucoup, cela parait infaisable.

Pourtant, maintenant, je ne suis qu'un fruit de l'imagination.

Invisible dans votre perception.

Peut-être, nous pourrions être ensemble à nouveau.

Un après-midi paresseux comme avant serait beau.

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article