Le pouvoir des dieux (chapitre 2)

Publié le par DEBOOSERE Isabelle

YouTube

YouTube

Chapitre 2 : Wesens 

wired.com

wired.com

 

Remontons un peu dans le temps pour se retrouver au moment où Killian et Léon se sépare de Ariella et Éric.

Killian : - Bon, ben on remet à plus tard la visite de la ville !

Ariella : - Je n’ai jamais dit oui !

Killian : - Je suis sûr que tu aurais accepté !

Killian partit le sourire aux lèvres en faisant un clin d’œil à Ariella. Léon ne put s’empêché d’embrasser sur la joue Ariella avant de partir faisant rougir celle-ci et faisant par la même occasion rager Éric. Killian et Léon se dirigèrent vers la sortie du lycée par un autre chemin que celui que prenait Ariella et Éric afin de rejoindre Vincent.

Léon : - Tu l’aimes bien la nouvelle à ce que je vois.

Killian : - Pas plus que ça, pourquoi ?

Léon : - Pas plus que ça ? Tu mens très mal mon cher !

Killian : - De quoi tu parles Monsieur je joue les pots de colle avec elle !

Léon : - Elle me plait beaucoup. Je veux juste être sûr de ne pas t’avoir comme concurrent. Comme tu as une certaine tendance à me prendre ce qui m’appartient !

Killian : - Ah ! Ah ! Ah ! Elle ne t’appartient absolument pas !

Léon : - Je préfère me méfier avec toi. Pourquoi la suivais-tu alors ?

Killian : - Je voulais lui faire visiter la ville pour faire plus ample connaissance et peut-être en apprendre plus sur ses anges.

Léon : - Vraiment !? D’habitude, tu ne te préoccupe pas de ça !

Killian : - Je sais, mais cette fille m’intrigue.

Léon : - Je le savais ! Elle te plait !

Killian : - Ce n’est pas ce que j’ai dit.

Vincent arrivant : - He bien que ce passe-t-il ? J’ai raté quelque chose ?

Léon : - Monsieur Killian s’intéresse à Ariella !

Vincent : - C’est qui Ariella ?

Killian : - C’est la sœur de l’ange. Tu te souviens !

Vincent : - Ah oui, elle ! La fille pour qui tu craques Léon.

Léon : - C’est ça !

Vincent : - Je ne pensais pas qu’elle serait ton genre !

Killian : - Ce n’est pas le cas. Elle m’intrigue, c’est tout.

Vincent : - Si tu le dis. Elle est ou d’ailleurs cette demoiselle ?

Léon : - Elle est partie avec son frère.

Killian, Léon et Vincent sortait dans la cour. Killian montra du doigt Ariella avec son frère Éric. Léon et Killian racontèrent brièvement la discussion qu’ils avaient eu avec Ariella et Éric. Ils se dirigèrent vers la sortie du lycée. Ils aperçurent Ariella et Éric avec un autre homme qu’ils ne connaissaient pas mais qui avait un air de famille avec Éric.

Killian : - Un autre ange ?

Vincent : - Oui.

Léon : - Un autre frère je suppose.

Vincent : - Sans doute.

Les garçons, après avoir vu les anges et Ariella partir, prirent la route pour rentrer chez eux. Ils parlèrent sur le chemin de tout et de rien. Pourtant, la conversation revenait souvent au fait que des anges avaient débarqué en ville. Ils savaient qu’ils devraient donner cette information à leurs parents. Alors qu’ils marchaient, ils se figèrent tout trois d’un même mouvement.

Léon : - Vous avez sentis ça ?

Killian : - Oui, ce n’est pas bon.

Vincent : - Des Wesens ! Ça semble venir de la forêt « Sombre bois » !

Léon : - Ne perdons pas une minute !

Killian : - Oui, surtout que les anges risquent de débarquer aussi.

Vincent : - Peut-être pas. C’est risqué avec la petite humaine avec eux.

Les garçons se mirent à courir le plus vite possible vers la forêt aussi vite qu’ils le pouvaient. Ils savaient qu’il n’y avait pas une minute à perdre. Ils couraient encore et encore. Les passants qui les voyaient se demandé s’il n’avait pas le diable aux trousses. Ce qui était plutôt ironique d’avoir cette pensé quand on sait que ses jeunes gens étaient des démons. Mais ça, bien sûr, les passants ne le savaient pas. Killian, Léon et Vincent arrivaient enfin à l’orée de la forêt. Ils entendaient déjà un combat acharné qui était en train de se produire. Les garçons se mirent à grimacer.

Vincent : - Les anges sont déjà là !

Léon : - Je confirme. Leur voiture est là !

Vincent : - Impossible, l’humaine serait avec eux !

Killian s’approcha de la voiture et regarda à l’intérieur. Il aperçut avec stupeur Ariella qui semblé être inconsciente. Il ouvra la voiture, qui n’était pas verrouillé, afin de s’assurer qu’Ariella allait bien.

Léon : - Elle va bien ?

Killian : - Oui, elle est juste endormie. Ils ont surement utilisé un sort ou un produit sur elle pour qu’elle s’endorme et qu’elle ne se rende compte de rien.

Léon : - Elle ne risque rien ici ?

Vincent : - Non, ne t’inquiète pas. La voiture est assez loin des combats. N’attirons pas les Wesens ici et c’est bon.

Léon rassurer suivit Vincent et Killian vers les combats qu'il faisait rage laissant Ariella en sécurité dans la voiture. Ils se retrouvèrent rapidement au cœur des affrontement entre les Wesens et les anges Éric et Florent. Ils remarquèrent qu’ils y avaient des Wesens des ombres et des Wesens de lumière. La plupart des Wesens n’avaient pas vraiment de forme propre. Les informes étaient les plus facile à détruire. Ceux qui avait en revanche une apparence plus net étaient les plus difficile à détruire. Il se trouvait qu’il y en avait deux au forme et contour net. L’un venant de l’ombre avait la forme et l’apparence d’un aigle géant, tandis que l’autre venant de la lumière avait l’apparence d’un lion. Éric et Florent arrivaient facilement à se débarrasser de ce des ombres, mais ils avaient beaucoup de mal avec ceux de lumière.

Vincent d’un air moqueur : - Alors les anges, on a des difficultés avec ses petit Wesens !

Florent : - Je suppose que c’est eux les démons qui sont au lycée dont tu m’as sous-entendu la présence.

Éric : - Oui, ce sont eux.

Killian : - Vous devriez laisser faire les professionnel, les nuls !

Florent : - Je déteste les démons. Vous vous croyez toujours plus fort que tout ! On n’a pas besoins de vous !

Léon : - Et nous on déteste les anges et leur petit air supérieur ! De mon point de vu, vous avez quelque difficulté quand même.

Éric : - Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais ils sont nombreux ! On ne détruit pas une telle quantité en quelque seconde !

Vincent : - C’est parce que vous n’êtes pas doué. Je suis sûr qu’on va en détruire plus que vous !

Florent et Éric : - Dans vos rêves !

Vincent, Léon et Killian : - C’est ce qu’on va voir !

Les combats qui n’avaient cessé jusqu’à présent, mais juste ralenti à cause de la discussion, reprit de plus belle. Les combats était d’une grande intensité. Si les anges avaient des difficultés avec les Wesens de lumière, les démons, eux, avaient des difficultés avec les Wesens de l’ombre. La magie fusait de partout pour terrasser ses créatures. Éric utilisait une magie de feu, Killian une magie de glace, Florent la magie de l’aire, Vincent une magie électrique, et Léon la magie des plantes. Si vous les regardiez combattre, vous ne sauriez pas dire qui sont les démons et qui sont les anges. Ce n’est pas une chose qui se voit de l’extérieure. C’est plutôt un ressentit envers la magie qui les différencie du fait de la nature de celle-ci, en plus de leur transformation qui est différente. Lors de leur combat, ils en profitaient pour se taper les uns les autres quand ils en avaient la possibilité en faignant le fait qu’ils ne l’avaient pas fait exprès alors que c’était bien entendu tout à fait délibéré.

Pendant ce temps, une jeune femme, Ariella, se réveillait dans une voiture mise à l’écart des combats. Elle se tâtait la tête qui lui était plutôt douloureuse. Elle mit un certain temps pour se remettre les idées en place et se souvenir d’où elle se trouvait. Elle sentit alors son portable vibrer et sonner dans sa poche. Elle vit le nom de sa meilleure amie, Stéphanie. Elle décrocha alors pour répondre.

Ariella : - Allo !?

Stéphanie : - Enfin ! Tu réponds ! C’est la troisième fois que je t’appelle en moins de dix minutes. Tu réponds toujours dès mon premier appel d’habitude. Je commençais à m’inquiéter !

Ariella : - Hum, oui… Désolé.

Stéphanie : - Que ce passe-t-il ? Tu as la voix endormie !

Ariella : - Pardon… Je viens de me réveiller.

Stéphanie rigolant : - La rentré fut si éprouvante que ça !

Ariella : - Je crois plutôt que mes frangins ont usé d’un somnifère sur moi.

Stéphanie : - Quoi ! Mais pourquoi ?

Ariella : - Je ressens la présence de nombreux Wesens non loin.

Stéphanie : - Tes frangins sont en train de combattre alors !

Ariella : - Oui. D’habitude, j’arrive à me mettre à distance pour éviter les somnifères, mais pas ce coup-ci !

Stéphanie : - Pas de chance ! Heureusement que ça n’a pas un effet très grand et que tu te réveilles vite en générale.

Ariella : - Si seulement le mal de crâne ne pouvait pas être là lui aussi, ce serait parfait !

Stéphanie : - Je sais ma vieille ! Tu vas les espionner ?

Ariella : - Pas le choix. Je sens la présence des démons !

Stéphanie : - Il y a des démons dans ta ville ?

Ariella : - Oui. Ils ont failli se battre avec Éric au lycée aujourd’hui.

Stéphanie : - Il y en a un dans ta classe ?

Ariella : - Oui, pourquoi ?

Stéphanie : - Ah ! Ah ! L’année promet d’être explosif !

Ariella : - Ne m’en parle pas ! J’angoisse d’avance !

Stéphanie : - La chance ! Il faut que je trouve un moyen de venir faire l’année avec toi !

Ariella : - N’y pense même pas !

Stéphanie innocemment : - Pourquoi ? Ça pourrait être amusant.

Ariella : - L’enfer oui !

Ariella entendit Stéphanie rigoler à l’autre bout du fil. Elle sortit de la voiture laissant Stéphanie lui raconter sa propre rentré. Elle se dirigea le plus discrètement possible vers les combats qui opposé les garçons au Wesens. Elle se cacha en hauteur, dans un arbre à l’écart des combats afin de pouvoir tout observer sans que ses messieurs ne puisse la voir.

Stéphanie : - Alors ?

Ariella : - C’est bien ce que je craignais. Les démons sont là aussi. Ils tapent sur les Wesens comme sur les démons ou les démons sur les anges        . Enfin tu vois.

Stéphanie : - Si tu pouvais mettre le visuel, je verrais mieux !

Ariella s’exécuta et montra à Stéphanie le spectacle. On pouvait voir Éric détruire des Wesens et asséner un coup, l’air de rien à Vincent, ou bien Killian pousser violement Florent en faisant comme s’il ne l’avait pas vu, et ainsi de suite.

Stéphanie : - Et bien… On ne peut pas dire qu’ils s’entendent.

Ariella : - Sans blague.

Stéphanie : - Cela dit, les démons sont pas mal !

Ariella : - Comment ça ?

Stéphanie : - Eh bien, ils sont mignons ! Je suis sûr que l’on peut te caser avec l’un d’entre eux !

Ariella : - Par pitié, ne commence pas !

Stéphanie : - Il n’empêche, cela pourrait permettre aux deux clans de s’entendre enfin ! Tu ne penses pas ?

Ariella : - Je pense que ça serait plutôt la guerre !

Stéphanie : - Il faudra bien qu’un jour ils s’entendent ! C’est indispensable !

Ariella : - Je sais… Le danger qui menace ne pourra être vaincu s’ils ne se battent pas ensemble. Le temps presse. Mais comment leur faire comprendre sans se découvrir ?

Stéphanie : - Je ne sais pas ! Mais on trouvera !

Ariella n’ajouta rien et continua, avec Stéphanie, de regarder le combat en silence. Les garçons se battait corps et âme pour abattre les Wesens. Ils avaient tous plus ou moins des égratignures sur le corps. Les Wesens les plus petit avaient tous, pratiquement, disparut. Mais il restait encore l’aigle et le lion. Ces deux-là étaient très puissants. Ils se battaient contre les garçons avec coordination, ce qui n’était pas le cas des anges et des démons qui se disputaient tout en se battant.

Vincent : - Pousse-toi de mon chemin ! Tu ne vois pas que tu gènes ?!

Éric : - C’est plutôt toi qui me gêne abruti !

Léon : - Vous êtes lent les anges ! Vous nous ralentissez dans notre travail !

Florent : - Apprend à viser et on en reparle !

Killian : - Nous sommes les meilleurs ! Vous ne pouvez rien contre nous, ange de pacotille.

Nous allons vous passer leur discutions car ses messieurs sont passés à de petit et délicat nom d’oiseau. Bref, ils se disputaient autant entre eux que contre les Wesens.

Ariella : - Puff ! Ils sont stupides !

Stéphanie : - C’est plutôt amusant à voir ! On ne sait pas s’ils combattent les Wesens ou s’ils combattent entre eux !

Ariella : - C’est bien le problème ! Il faut qu’ils arrivent à s’entendre ! Leur adversaire n’est pas faible ! Avec leur bêtise, ils vont finir par se faire tuer !

Stéphanie : - C’est vrai que s’ils ne se concentre pas plus, il risque d’avoir des blesser grave.

A peine Stéphanie eu prononcer ses mots que les deux Wesens, l’aigle et le lion, se mirent en colère, comme pris d’une grande puissance subite. Ils hurlèrent tous les deux dans un vacarme assourdissant. Ils se mirent, tous deux à briller d’une forte lumière aveuglante et un vent très violent se mit à souffler. L’aigle et le lion se rapprochèrent l’un de l’autre.

Vincent : - Ce n’est pas vrai ! Que se passe-t-il ?

Florent : - Il ne vont tout de même pas…

Ariella observant caché dans son arbre : - Oh non !

Stéphanie observant par le biais du téléphone : - Ils sont se le point de fusionner !

Éric : - Ils faut les empêcher de fusionner !

Killian : - Et comment ? Tu n’as pas vu la puissance du vent !?

Léon : - Je n’ai jamais vu ça ! C’est effrayant !

Les garçons essayèrent de s’approcher afin d’arrêter la fusion des deux créatures. Mais une puissante force les repoussa très violement. Ils furent tous projeté à plusieurs mètres de la créature, soit sur le sol, soit contre un arbre. La lumière s’apaisa permettant aux garçons, à Ariella et à Stéphanie de voir la créature parfaitement fusionnée l’une à l’autre. Celle-ci avait tout le corps d’un lion, la moitié avant couverte de plume, la moitié arrière couvert de poils. Elle avait deux têtes, une tête de lion et une tête d’aigle. Sur le dos de la créature se trouvait une paire d’aile géante qui pouvait permettre à cette immense créature de voler.

Killian : - Elle a complétement fusionné !

Éric : - Impossible !

Vincent : - Il va falloir tout donner pour la vaincre ! Laissez faire les professionnel les anges ! On n’a pas besoin de bouler dans les jambes.

Florent : - Au vu de sa puissance, tu devrais éviter de fanfaronner le démon !

Léon : - On verra qui est le plus fort pour le battre !

Les garçons se jetèrent de nouveau dans la bataille. Ils se mettait des bâtons dans les roues pour empêcher l’autre de réussir son attaque. Seulement, à ne pas vouloir s’entendre et se coordonner face à cette créature puissante et dangereuse, ceux-ci se prirent des revers violant et puissant. C’était un miracle qu’aucun d’entre eux ne soit encore grièvement blessé par ce monstre. Car à les regardaient, on aurait dit qu’ils faisaient absolument n’importe quoi. Ariella regardait toujours le combat très inquiet.

Ariella : - Bon sens, que font-ils ? Ils veulent se faire tuer ou quoi !

Stéphanie : - Calme toi. Ils vont bien finir par comprendre que seul le pouvoir combiner des anges et des démons pourront venir à bout de ce monstre.

Ariella : - Tu trouves, toi, qu’ils sont sur la bonne voie ! Regarde-les ! Les anges et les démons se détestent tellement qu’ils préfèrent montrer leur supériorité plutôt que de s’entendre. Ils m’énervent ! S’ils s’obstinent comme ça, ils vont finir par se faire tuer ! Il faut qu’ils voient qu’en fusionnant, ce monstre n’est plus seulement de lumière ou seulement d’ombre, mais il est les deux ! S’ils ne s’entendent pas, s’ils ne fusionnent pas, eux aussi, leur pouvoir pour le vaincre, alors se monstre les battras au vu de sa puissance.

Stéphanie : - Je comprends ta frustration. Mais tu sais aussi bien que moi que tu ne peux pas intervenir. Il ne faut pas qu’ils sachent pour nous !

Ariella : - Je sais. Mais si l’on ne fait rien, ils vont finir par se faire tuer.

Stéphanie : - Aucune chance pour qu’ils coopèrent à ton avis ?

Ariella regarda les garçons se battre sans aucune entente entre eux : - A ton avis…

Stéphanie : - Oui… Bon, si je comprends bien, ce n’est pas encore aujourd’hui que les anges et les démons vont s’entendre.

Ariella regardant le combat dépité : - De tout évidence.

Stéphanie : - Bon, que fait-on alors ?

Ariella : - On n’a pas le choix. Il va falloir que j’intervienne d’une façon ou d’une autre.

Stéphanie : - Comment sans que ça ne paraisse suspect ? Je te rappelle qu’ils ne doivent pas te repérer ! Et le mieux serait qu’ils apprennent à se battre ensemble.

Ariella : - Tu as raison. Ce qu’il faudrait, c’est une bonne leçon.

Stéphanie : - Tu as une idée ?

Ariella le sourire au coin des lèvres : - Possible.

Stéphanie : - Et… Tu m’en fais part ou je dois le deviner toute seule comme une grande.

Ariella : - Alfa et Bella.

Stéphanie : - Eh ben, tu comptes utiliser les serviteurs des dieux, les Gintshens.

Ariella : - En effet. Bella a un pouvoir dont l’origine et la lumière alors qu’Alfa a un pouvoir d’origine ténébreuse. Si les garçons les voient combattre ensemble. Ils comprendront. Enfin, j’espère…

Stéphanie : - Magnifique ton idée. Mais tu les contacte comment ?

Ariella : - Je te rappelle que je possède le pouvoir de la nature. En communiquant avec elle, je devrais pouvoir faire passer mon message. Normalement, ils sont dehors à cette heure-là.

Stéphanie : - Bien, je te fais confiance.

Ariella se mit en trense avec l’arbre. Elle se concentra le plus possible afin de faire parvenir son message. Par les « réseau » de la nature, elle réussit à entrer en contact avec Alfa. Celui-ci fut bien étonné. Il écouta tout de même avec attention le message d’Ariella. Il alla rapidement chercher Bella. Les deux Gintshens arrivèrent vingt minutes plus tard auprès d’Ariella.

Ariella : - Désolé de vous avoir dérangé.

Alfa : - Tu sais bien que ce n’est jamais le cas ma jolie.

Stéphanie : - Ça fait toujours bizard de voir des chiens parler

Bella : - Un peu de respect jeune fille. Nous ne sommes pas de simple chien. Et vous nous comprenez par transmission de penser je te rappelle !

Stéphanie : - Oui, c’est vrai… Désolé.

Ariella : - Vous voulez bien faire quelque chose s’il vous plait.

Alfa : - Pourquoi ils n’unissent pas leur force pour combattre ?

Ariella : - Ils semblent incapable de s’entendre.

Bella : - Ce ne sont que des idiots ! Montrons leurs ce que c’est d’unir ses forces et de combattre en harmonie.

Ariella : - Soyez prudent. Il est puissant !

Alfa : - Tu ne nous fait pas confiance ?

Ariella : - Bien sûr que si. Mais je tiens beaucoup à vous ! Je ne veux pas que vous soyez blessé.

Alfa et Bella : - Trop mignonne !

Ariella : - C’est ça, moquez-vous !

Bella et Alfa partirent vers le champ de bataille en riant gentiment. Mais ils se concentrèrent rapidement. Ils débarquèrent sur le champ de bataille sous l’étonnement des garçons.

Éric : - Alfa ! Bella !

Florent : - Que font-ils là ?

Léon : - Ce sont des Gintshens !

Éric : - Ils ne vont tout de même pas…

Florent : - Attaquer ce Wesens !

Bella et Alfa attaquèrent ensemble le Wesens. Ils se coordonnèrent tous les deux pour attaquer la créature et ne lui laisser aucun répit. Ses attaques incessantes affaiblissaient le monstre sans pour autant le tuer. C’est alors que Bella et Alfa se mirent côte à côte. Un rayon de lumière sortie de la gueule de Bella et un rayon de ténèbres de la gueule d’Alfa. Les deux rayons se réunirent pour ne former qu’un et toucha de plein fouet le Wesens qui s’écroula en particule de poussière multiple. Ils avaient détruit ce monstre en moins de dix minutes alors que les garçons étaient dessus depuis bien deux heures. Bella et Alfa regarda les garçons comme pour leur faire comprendre la leçon avant de repartir rapidement.

Vincent : - Comment se fait-il que vous ayez chez vous des Gintshens ?

Florent : - En quoi ça te regarde !

Killian : - Ce sont les serviteurs des dieux ! Il est presque impossible d’en apprivoiser un…Alors deux.

Léon : - Mais, c’est peut-être plus Ariella leur maitresse.

Éric : - Qu’est-ce que ça peut faire. De toute façon, là, ils viennent de nous donner une leçon magistrale.

Killian : - On ne pouvait le battre qu’en unissant nos pouvoir.

Florent : - Message reçut.

Vincent : - Cette histoire ne change rien. C’est peut-être un match nul, mais ce n’est que partie remise.

Léon : - De toute façon, il est clair que nous serons les vainqueur la prochaine fois !

Éric : - Ne comptez pas là-dessus !

Florent : - Il est temps d’y aller. Ariella va finir par se réveiller.

Les garçons se séparèrent avec une lumière de défit dans le regard. L’envie d’être meilleur que l’autre la prochaine fois. La leçon de Bella et Alfa n’avait rien changé au fait qu’ils ne s’entendaient pas mieux. Florent et Éric retournèrent à la voiture alors que Vincent, Killian et Léon, eux, rentrèrent chez eux.

Ariella retournant vers la voiture rapidement : - Bon… Ce n’est pas encore gagné cette histoire.

Stéphanie : - Laisse leurs peut-être le temps de réfléchir à cette histoire.

Ariella : - Il n’en pêche, les anges et les démons ne sont pas près encore de s’entendre.

Stéphanie : - Un jour ils comprendront.

Ariella : - J’espère ! Je te laisse. Il faut que je fasse semblant de dormir. Et puis, j’ai pratiquement plus de batterie.

Stéphanie : - D’accord. Je te rappelle plus tard.

Ariella arriva avant ses frères à la voiture. Elle fit semblant de dormir. Lorsque ses frères arrivèrent, ils furent rassurés de voir leur sœur encore dormir. Ils rentrèrent tous chez eux. Florent porta Ariella dans sa chambre qui fessait toujours semblant de dormir. Elle descendit vingt minutes plus tard en demandant ce qu’il s’était passé. Ses frères lui dirent juste qu’elle s’était endormit avant d’arriver à la maison sous quelque réplique taquine d’Éric. Ariella fit semblant de tout croire comme à chaque, rare, fois ou ça se produisait. La vie reprit son court comme si de rien n’était.

Publié dans Longue histoires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article