Méchante je serais ! (Partie 1, Chapitre 1)

Publié le par DEBOOSERE Isabelle

Partie 1 : Le commencement
Méchante je serais ! (Partie 1, Chapitre 1)
Chapitre 1
https://pixabay.com/fr/photos/la-glace-froid-flocons-de-neige-1997289/

https://pixabay.com/fr/photos/la-glace-froid-flocons-de-neige-1997289/

Plusieurs année passa depuis le règne de terreur du Compte. Nous sommes dans un petit village de campagne isolé et plutôt à l’abris du Compte et ses maléfice, le village Patronis. Ici, vie une jeune femme, Maria, et son mari, Olivier. Ils sont heureux dans ce village et attende un heureux événement. En effet, Maria était enceinte et allait bientôt accoucher.

 

- Je suis tellement heureuse ! On va bientôt être parent ! S’exprima joyeusement Maria.

- Je suis heureux aussi. On est en train de fonder notre propre famille ! Ça fait un peu de soleil dans ce monde bien sombre. Rétorqua Olivier.

- Tu es inquiet pour l’avenir de notre enfant ?

- Oui ! Avec ce compte malfaisant toujours en vie et increvable puis cette magie qui rode et qui peut toucher n’importe qui, j’avoue être inquiet pour cette enfant. Si cette putain de magie, tous ses trucs bizarres pouvez disparaitre, j’avoue que je serais plus serin !

- Tu détestes à ce point la magie ?

- La magie, il n’y a rien de pire ! (Monstre magique)

La magie est dangereuse !

La magie est malicieuse !

C’est une existence affreuse.

Une horreur contagieuse.

 

Cette infamie doit être éliminer.

Notre enfant doit être protéger.

De ce monstre, le cacher.

La magie ne doit plus exister

 

Je détruirais cette hérésie !

Son existence ne peut continuer ainsi.

Toujours je me battrais avec force

Face à ce monstre dont la puissance se corse.

 

Notre enfant sera en sécurité

Je me battrais contre cette monstruosité.

La magie doit disparaitre.

Je tuerais ceux qui l’aurons dans leur être.

 

Je ne veux pas de son existence

Je ne supporte plus sa présence !

Je veux simplement sa destruction.

Tel est ma résolution !

 

Cette infamie doit être éliminer.

Elle ne doit plus exister.

Notre enfant doit être protéger.

De ce montre cacher.

 

Sa présence n’est pas naturelle.

C’est mon cauchemar perpétuelle !

C’est mon combat jusqu’au bout.

Contre elle, je serais capable de tout !

 

Je n’accepte pas son existence.

Complète sera son élimination.

Ma vie en jeu dans cette équation.

Je déteste cette présence !

 

Cette infamie doit être éliminer.

Elle ne doit plus exister.

Notre enfant doit être protéger.

De ce montre cacher.

- Et si c’est quelqu’un de bien et de gentil qui possède de la magie, cela te ferait-il changer d’avis ?

- Je doute fort que la magie soit compatible avec le bien et la gentillesse. Ne t’inquiète pas, notre enfant sera bien en sécurité. Ce maudit Compte ne s’en approchera jamais. Je te le promets ! La magie ne détruira pas notre famille !

- C’est quelqu’un qui faisait de la magie qui à tuer tes parents ? Demanda curieuse Maria.

- Oui, en effet. Cette être a été sans pitié. C’est pour ça que je déteste la magie. Rétorqua Olivier.

- Je suis sûr que tout ira bien pour notre enfant !

- Je ferais tout pour mon amour.

 

Les jours passèrent paisiblement pour les amoureux. Mais, un soir, alors que le Compte déchainé sa magie sur la région avec une gros tempête de neige en plein été, Maria sentit les première contraction. Le bébé allait arriver. Olivier alla, sous la tempête, chercher la doctoresse de tout urgence. Il revient avec elle quelques minutes plus tard.

 

- Je suis désolé de vous déranger en plein de tempête. Mais malgré cette déferlante de magie qui vient en ce moment j'ai dû vous appeler quand ma femme est en train d'accoucher.

- Ne vous inquiétez pas pour ça. Les bébés ne choisissent pas forcément les bon moment pour venir au monde. Rassura la doctoresse Emilia.

- Que puis-je faire pour vous aider ?

- Apportez moi du linge propre pour accueillir le bébé. Sinon restez auprès de votre femme pour la soutenir.

- Avec toute cette magie, n'y a-t-il pas un risque pour le bébé ?

- Je ne saurais vous répondre. Je ne peux pas vous dire s'il y a un risque que le bébé soit contaminé. Je dois avouer que je suis moi aussi dans l'inconnu à ce niveau-là.

- Je vois. Alors prions pour que tout se passe bien.

 

L’accouchement se passa dans la douleur pour la pauvre Maria. Celui-ci durable des heures. Mais au bout d'un gros effort, la jeune femme mit au monde une magnifique petite fille que les parents décidèrent de prénommer Vanessa. Les jours et les mois passèrent tranquillement pour le couple qui a été devenu jeunes parents. Mais lorsque la jeune enfant atteignit ses 6 mois, d'étranges phénomènes se produit autour d'elle. En effet lorsque la petite fille était en colère les objets avaient tendance à l'éviter autour d'elle. Lorsque le papa, Olivier, se rendit compte que sa petite fille avec des pouvoirs, celui-ci prit peur. C’est qu'il craignait le plus s'était produit. Son enfant possédé de la magie en elle, ce que redoutait le plus au monde Olivier. Le jour où il se rendit compte de cette magie sur sa petite fille celui-ci se mit à la renier immédiatement. Cela provoqua dans le couple détention et disputes.

 

- C'est notre enfant ! Tu ne peux pas rejeter comme ça. S'inquiéta Maria.

- Je ne peux accepter cette infamie. Cet enfant possède de la magie et je ne peux l'accepter. C'est à cause de ce maudit compte que tout cela est arrivé. Je rejette corps et âme la magie. Ma fille ayant de la magie en elle je ne peux l'accepter ni l'aimer. Cet enfant est maudit. On ne peut le garder. Elle va nous apporter que des malheurs. Cet enfant n'est pas comme nous. Il faut se rendre à l'évidence elle est dangereuse.

- Jamais je n'abandonnerai ma fille. Il faudra que tu l'acceptes telle qu'elle est ou alors partir d'ici.

- Mais te rends tu comptes de notre réputation, mon amour. Les gens du village ont vu la magie qu'elle a utilisé parce qu'elle était en colère. Ce n'est qu'un bébé pour l'instant, mais un jour elle deviendra grande et sera très dangereuse. Tant que l'on peut se défendre il faut arrêter cet enfant maintenant. Si l'on attend trop longtemps ? il sera trop tard pour nous.

- Alors va-t'en si tu as si peur. Moi je n'abandonnerai pas Vanessa, pour rien au monde. Je l'aime de tout mon cœur. Si ce n'est pas ton cas alors va-t'en tu n'as rien à faire ici.

- Tu ne vas pas me quitter ? Je t'aime plus que tout tu sais ma chérie.

- Si tu m'aime vraiment, alors reprends à aimer cet enfant s'il te plaît. Si tu ne le fais pas pour elle, alors fais-le pour moi.

- Je ne suis pas sûr d'être capable un jour aimer cet enfant.

- Moi je sais que je l'aime de tout mon cœur. Et jamais je ne l'abandonnerai. C'est à toi de faire un choix maintenant. La balle est dans ton camp.

- Je savais que la magie un jour causerait du tort. C'est à cause de ce maudit Compte. Alors je ne vois qu'une solution. Puisque c'est à cause de lui que ma fille de la magie, si le compte disparaît, alors peut être que tout redeviendra comme avant. Je vois que je n'ai pas le choix. Lors du prochain départ pour combattre le Comte, je serai au combat auprès des autres personnes pour l'arrêter.

(Pas le choix)

 

Tu ne me laisses pas le choix !

Je veux rester vivre avec toi !

Mais cet enfant me fait trop peur !

Et ça magie me fait horreur !

 

Je ne peux vivre sans toi.

Je t’en prie, aime moi.

Je comprends que tu ne sois pas d'accord.

C'est pour ça que je m'en vais sans remord.

 

Je n'ai jamais aimé la magie.

C'est pourquoi je prends cette décision ici.

J’arrêterai ce conte maléfique.

Et mettrai fin à cet épisode magique.

 

Tu ne me laisses pas le choix !

Je veux rester vivre avec toi !

Mais cet enfant me fait trop peur !

Et ça magie me fait horreur !

 

Notre enfant pourra comme ça être sauvé.

Je ferai tout pour ne pas être quittée.

La magie a gâché ma vie,

Je ne veux pas que ça recommence ainsi.

 

C’est pourquoi j’ai pris cette décision,

Je pars dans cette direction,

Arrêter cette abomination.

La magie et notre malédiction.

 

Tu ne me laisses pas le choix !

Je veux rester vivre avec toi !

Mais cet enfant me fait trop peur !

Et ça magie me fait horreur !

 

Sache que je t'aime pour toujours.

Attends gentiment mon retour.

Je rentrerai vainqueur de cette guerre.

La magie ne nous mettra pas à terre.

_ Ne sois pas fou, tu as aucune chance contre ce Comte. Tu vas juste tu faire tuer. Reste auprès de ta famille je t'en supplie.

_ Je ne veux pas te perdre. Et s'il faut faire ça pour sauver notre couple, alors je le ferai. Je t'aime plus que tout. Tu es le Comte résoudra peut-être tous nos problèmes de magie. Fais-moi confiance je reviendrai rapidement.

 

Le lendemain matin, Olivier parti dans la ville voisine rejoindre les combattants qui allait défier le Comte et sa magie magnifique. Il laissa le cœur lourd sa femme et son enfant pour aller au combat. Les jours et semaines passèrent. Olivier ne revenait toujours pas. Au bout de plusieurs mois, Maria fit la conclusion que son mari ne reviendra jamais. Sa fille grandissait donc seul auprès de sa mère. La magie de jeune enfant grandissait toujours en jour. Cela effrayé au plus haut point les gens du village. Un groupe se forme contre cet enfant. Le leader de ce groupe alla voir Maria pour lui expliquer la crainte de tout le village par rapport à Vanessa. Cet homme s'appelait Eden.

 

- Maria, je suis désolé de t'embêter chez toi, mais nous estimons dans le village que cet enfant est trop dangereux. Il ne peut plus vivre. Dès qu'il pleure ou qu'il est en colère il utilise sa magie. Bientôt celui-ci sera incontrôlable. Tu es encore très jeune et on peut s'en débarrasser pour toi si tu ne t'en sens pas capable. Mais cet enfant ne peut plus rester dans ce village.

- Je peux savoir qui t'as permis de rentrer chez moi comme ça ? Je te signale que ma fille ! Je ne laisserai personne lui faire du mal. Vanessa n'est pas dangereuse, il faut l'accepter telle qu'elle est. Il suffit de lui apprendre à ne pas utiliser sa magie. Mais pour l'instant elle est trop petite pour ça ! Elle n'a que 6 mois je te rappelle Eden.

- Justement, c'est maintenant qu'il faut s'en occuper. On ne peut accepter quelqu'un qui possède de la magie dans ce village. Tu t'es bien rendu compte que ton mari ne rentrerait pas ! Le Comte l'a sûrement tué !

- J’en suis bien consciente. Mais ma fille n'a pas choisi d'avoir ses pouvoirs ! Ce n'est pas sa faute ! C'est un être vivant comme les autres. Elle a le droit de vivre. Elle est le seul lien qui me reste avec Olivier.

- Tu penses que ton mari serait d'accord pour que cet enfant vive alors qu'il détestait tout ce qui était en lien avec la magie ? Il est mort à cause de la magie. Ta fille nous tuera tous à cause de sa magie. Elle est trop dangereuse et tu ne t'en rends même pas compte. Je ne voulais pas en arriver là, mais si tu refuses de faire quoi que ce soit par rapport à ça, on sera obligé de te bannir de ce village.

- Je peux savoir par quel droit tu ferais ça ? De ce que je sais, tu n'es pas le maire de ce village ! De quel droit tu me ferais bannir de ce village ?

- Par une pétition du village ! Nous sommes assez nombreux à l'avoir signé pour que le maire prenne la décision de te bannir de ce village. Mais ne t'inquiète pas, tu seras toujours acceptée pour pouvoir te nourrir mais plus pour y vivre. Et bien entendu, ta fille, Vanessa, sera totalement elle interdite d'entrer dans ce village.

- Je vois. Dans ce cas je vais faire mes bagages et partir de ce village. J'ai ma fille il est hors de question de la sacrifier parce que certaines personnes dans ce village craignent la magie ! Je ferai tout pour la protéger. Même si cela signifie avoir tout le monde contre moi !

- Comme tu voudras. Je suis désolée que tout cela se termine de cette façon. Mais il faut comprendre que par sa magie, ta fille devenue trop dangereuse pour nous. On ne peut être sûr que le Comte ne me manipule pas par sa magie à distance. Après tout, c'est après avoir utilisé sa magie sur notre village que ta fille est née !

- Tout cela est tout bonnement ridicule !

- Je suis désolé pour toi. Ce n'est pas contre toi, c'est pour la sécurité du village.

 

Sur ces mots, Eden quitta la maison de Maria. Sous la pression du maire et des villageois, Maria parti du village pour aller s'installer plus loin dans la forêt.

 

- Ne t'inquiète pas Vanessa, maman restera toujours auprès de toi. Je veillerai sur toi. Pardonne-moi mon enfant mais je crains que ta vie je crois que difficulté. Les gens ne comprennent pas pour ta magie ! J'espère qu'un jour ils comprendront.

 

En partant de chez elle, Maria traversa le village Patronis. Elle entendit le long de son parcours pour se diriger vers la forêt les murs les murs méprisants où effrayer tes villageois qu'elle croisé. Maria fille de son mieux pour les ignorer, mais cela ne l'empêche pas pour autant de la blessée.

 

- (Différent !)

 

Nous avons toujours voulu d’un enfant

Mais je ne pensais pas me faire du souci autant.

Cet être tant désiré est différent.

Mais moi, je l’aime vraiment.

 

Certains pourront croire que c’est une malédiction.

Moi, je n’écoute pas ses prédictions.

Mon mari l’a rejeté sans sourciller.

Moi, je l’ai protégé et gardé.

 

Je sais que mon enfant est différant.

Ne me regardez pas avec ses yeux méprisants.

Elle n’a pas choisi d’être comme ça.

Et je l’aime, c’est tout ce que je vois.

 

Je me fiche de ne plus avoir d’amis.

Je suis avec mon enfant, ça me suffit.

Gardez toutes vos réflexions pour vous

Je me fiche de vos regards, de tout.

 

Je protégerais toujours mon enfant.

Même si pour vous, c’est un monstre effrayant.

J’irais toujours de l’avant.

Je me fiche de vos mots blessants.

 

Je sais que mon enfant est différant.

Ne me regardez pas avec ses yeux méprisants.

Elle n’a pas choisi d’être comme ça.

Et je l’aime, c’est tout ce que je vois.

 

J’ai toujours rêvé d’avoir un enfant.

Peut m’importe maintenant les désagréments.

Je serais toujours là pour elle dans sa vie.

Même si cela doit m’apporter des ennuis.

 

Même si je dois m’isoler de ce monde,

Mon enfant aura une vie féconde.

Elle est peut-être différente

Mais comme tous, une personne vivante.

 

Je sais que mon enfant est différant.

Ne me regardez pas avec ses yeux méprisants.

Elle n’a pas choisi d’être comme ça.

Et je l’aime, c’est tout ce que je vois.

 

Au bout de plusieurs heures de marche, Maria atteignit le cœur de la forêt. Elle s'installe dans une cabane abandonnée depuis longtemps par sa famille. La jeune femme mit plusieurs mois pour faire en sorte que cet endroit devienne habitable et vivable. Maria si près de celles-ci un petit coin potager afin de pouvoir se nourrir le poisson est plus autonome possible. Non loin de sa cabane, vivait une famille qui avait un jeune garçon tu même âge que Vanessa. Maria espéré pouvoir rester dans sa cabane sans que les gens de cette maison veuille la faire partir elle aussi parce que sa fille avait de la magie.

Publié dans Longue histoires, poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article